Actualités régionales

La route du thé : Francis Joyon pulvérise le record de la Route du Thé

19 février 2020 à 09h00 Par communiqué de presse
Arrivée de la Route du thé
Crédit photo : © IDEC SPORT

Bravo !
Merciredi 19 février
Francis Joyon et l'équipage du maxi-trimaran IDEC SPORT (Bertrand Delesne, Christophe Houdet, Antoine Blouet et Corentin Joyon) ont battu ce mercredi matin 19 février le Record de la Route du Thé, entre Hong Kong et Londres.
Ils ont franchi la ligne d’arrivée matérialisée par le pont Queen Elizabeth II sur la Tamise à 07 heures, 37minutes et 33 secondes UTC, soir 08h, 37mn et 33 secondes en heure française.
Le temps de course et nouveau record de la Route du Thé est de 31 jours, 23 heures, 36 minutes et 46 secondes.
Il bat le précédent record de l’Italien Giovanni Soldini (Maserati) de 4 jours, 03 heures, 00 minutes et 26 secondes. Entre Hong Kong et Londres, IDEC SPORT a parcouru 15 873 milles (plus de 28 000 kilomètres) à 20,7 noeuds de moyenne.
Mardi 18 février 19h00
Francis Joyon confirme son arrivée demain matin à Londres
Les conditions météo en Manche et lors de la remontée de la Tamise sont difficiles mais ne devraient pas empêcher Francis Joyon et l'équipage d'IDEC SPORT de mettre un terme, demain matin, à leur tentative de record de la Route du Thé qu'ils devraient achever de la plus belle des manières, avec 4 jours d'avance sur le temps de référence.
Mardi 18 février
Francis Joyon et l'équipage du maxi trimaran IDEC SPORT devraient, sauf imprévu, franchir demain matin entre 7 et 9 heures du matin, la ligne d’arrivée de cet immense record de la Route du Thé qui rejoint Hong-Kong et Londres. Au terme de 32 jours de mer, et après avoir parcouru près de 16 000 milles sur le fond et à près de 21 noeuds de moyenne, Joyon et son équipage pulvériseraient ainsi de 4 bonnes journées le temps référence détenu depuis 2018 par l’équipage italien du trimaran Maserati, skippé par Giovanni Soldini (36 jours, 2 heures, 37 mn et 12 sec.)Mais avant de crier victoire en glissant sous le pont Elizabeth II sur la Tamise, Francis et ses boys doivent aujourd’hui et la nuit prochaine négocier plusieurs difficultés d’importance, à commencer par ce fort flux de secteur plein Ouest, qui va les obliger à tirer de longs bords de portant en travers de la Manche, et d’en revisiter les rivages, un coup côté anglais, un coup côté français.

En abordant avec la nuit prochaine l’Est de l’Angleterre, le maxi-trimaran IDEC SPORT entrera dans le très délicat et très encombré estuaire de la Tamise et sera confronté à son trafic intense, ses bouées, ses courants… un secteur dangereux que tout marin préfère négocier de jour. Et comme rien n’est jamais simple en mer, c’est à sec de carburant et donc batteries déchargées que Francis devra appréhender cette zone à haut risque, sans AIS ni radar... Une arrivée « à la Joyon » a-t-on envie de dire. Le détenteur du Trophée Jules Verne et vainqueur de la dernière Route du Rhum a tout au long de son immense carrière connu et maitrisé ce genre de situation improbable, quand ses inépuisables ressources physiques et humaines ont pallié aux déficiences techniques.
Avec ce record de la Route du Thé, Francis met un terme à un incroyable périple entrepris le 19 octobre 2019 au départ de Port Louis en Bretagne, dans le cadre de l’IDEC ASIAN TOUR, qui aura ainsi vu l’homme de tous les exploits faire plus d'un demi-tour du monde et rajouter en 4 mois et demi, 4 nouveaux records ou temps références à son éloquent palmarès.

14 février 2020

L’Océan Atlantique dans son immensité dépose sur la route du maxi trimaran IDEC SPORT son corollaire de difficultés climatiques... Comme chacun peut le constater en hémisphère Nord, les masses d’air s’affrontent avec virulence et les conditions de navigation évoluent avec rapidité sur la route qui mène à Londres, terme de cette tentative contre le record de la Route du Thé. L’épisode alizéen touche ainsi déjà à sa fin pour Francis Joyon et ses hommes.L’allure au plus près du vent de secteur Nord Est, sur une mer apaisée, a permis de privilégier dans des conditions favorables à la bonne santé du bateau, une route plein Nord, cap sur l’archipel des Açores. Une voie très optimisée par rapport aux routages initiaux qui voyaient le grand trimaran rouge et blanc effectuer une vaste boucle dans l’Ouest des îles portugaises. Avec l’évanouissement prévu en soirée et demain de l’alizé, Francis, Christophe, Bertrand, Antoine et Corentin vont retrouver les affres des tout petits airs au coeur de l’anticyclone qu’ils n’ont d’autres options que de traverser. De forts vents portants circulent à grande vitesse au Nord de l’archipel. De leur aptitude à les capter dépend l’issue et l’ampleur de leur tentative sur cette route historique des grands clippers d’autrefois entre la Chine et la vieille Europe, une voie maritime complexe et décidément truffée de surprises.
Cap sur les Açores !
Tortueux à souhait en sa façade Sud, l’Atlantique septentrionale affiche un profil plus familier aux hommes d’IDEC SPORT. La partie alizéenne se termine aujourd’hui pour le maxi trimaran qui s’est joué sans dommage d’une navigation au plus près du lit du vent, à peine entravée par un clapot un temps défavorable, mais qui s’est rapidement aplani pour permettre le passage sans effort du bateau. « Après plus de 13 000 milles de navigation sur le fond, on redoute toujours de voir le bateau taper dans la mer » explique Francis. « Dès que la houle s’est allongée et aplanie, nous avons pu privilégier une route plein Nord, qui nous a fait gagner de nombreux milles. » Si les grandes glissades à près de 40 noeuds, expérimentées dans l’océan Indien, ne se sont pas renouvelées en Atlantique, IDEC SPORT a malgré tout conservé une très bonne vitesse moyenne, 19,7 noeuds depuis Bonne Espérance, portant à près de 300 milles son avance sur le tenant du titre, l’équipage italien du trimaran Maserati.

5 février 2020

Joyon met le cap à l’Ouest !

Francis a tranché ! Entre une option courte, au plus près des rivages africains, mais lente, et un vaste et long crochet qui rallonge sa route, il a choisi de déborder loin dans l’ouest l’étirement d’un copieux pot au noir. IDEC SPORT profite ainsi d’un alizé peu virulent sur la face nord de l’anticyclone de Sainte Hélène pour glisser tranquillement aux allures portatives, souvent, au gré des empannages, à 90 degrés de la route directe. Son avance sur le record de Giovanni Soldini oscille ainsi entre une journée et une journée et demie. Francis, Bertrand (Delesne), Christophe (Houdet), Antoine (Blouet) et Corentin (Joyon) n’en nourrissent nulle inquiétude. Ils envisagent toujours une arrivée à Londres au terme de 31 jours de navigation. Pour mémoire, le record de Maserati affiche un temps référence de 36 jours, 3 heures et 37 minutes

C’est un maxi trimaran IDEC SPORT terriblement efficace qui trace depuis deux jours un immense sillon au coeur de l’Océan Indien. Francis Joyon, Christophe Houdet, Bertand Delesne, Antoine Blouet et Corentin Joyon ne cessent depuis leur passage mercredi dernier au détroit de la Sonde, entre Java et Sumatra, d’accélérer et d’augmenter leur avance sur le chrono record de cette Route du Thé. Avec 620 milles d’avance à l’entame du 7ème jour de course, Joyon et ses boys n’en ont pourtant pas terminé d’une cavalcade placée sous le sceau de la performance. Leur bord efficace va encore se prolonger durant au moins encore 24 heures, et les vitesses qui tutoient ce matin les 38 noeuds dans les surfs, sont appelées à croitre davantage encore. Viendra ensuite, dès ce week-end, l’heure des très grosses difficultés, matérialisées par de petites cellules cycloniques qu’il va falloir négocier par un vaste contournement au coeur des latitudes du grand Sud, avec le corollaire de températures glaciales, de vents forts et de mers formées.