Agenda

Arctique

Plongez dans cette immensité toute blanche, laissez-vous happer par la beauté de cet environnement à 100 000 lieues de notre quotidien afin de découvrir ces animaux du froid, à travers des clichés somptueux, car tellement authentiques. Le travail du photographe Vincent Munier est magnifique de par les clichés rapportés de ses expéditions mais également et surtout de par sa patience et sa volonté de se fondre dans cet environnement glacial, tellement hostile pour l’homme, afin que l’animal, curieux, vienne à sa rencontre. Photographe de l’extrême, Vincent Munier est fasciné depuis l’enfance par les beautés du monde sauvage, les grandes steppes et les immenses espaces blancs. À travers cette exposition, il nous présente ses plus belles images de l’Arctique, réalisées au cours d’expéditions menées généralement en solitaire et dans des conditions extrêmes au cours des six dernières années. Pour réaliser ces photographies, il a parcouru des centaines de kilomètres en tirant son traîneau sur les territoires du loup blanc : le « fantôme de la toundra », comme le surnomment les Inuits. Harfangs des neiges, ours polaires, boeufs musqués, loups et sternes arctiques... Un bestiaire majestueux défile. Au-delà du témoignage de rencontres animales d’exception, ses images nous invitent à poser un nouveau regard sur ces vastes étendues glacées. Renseignements
Ville de Vannes - Pôle animation - Direction de l’événementiel - 02 97 01 62 30 - evenementiel(at)mairie-vannes.fr © Photo VINCENT MUNIER

20 février 2017

Domaine de Kerguéhennec

Hiver 2016-2017 : les horaires
du 7 décembre 2016 au 4 mars 2017 (fermeture les 25 décembre et 1er janvier)

Réouverture de l'orangerie qui accueille :

_ l'exposition consacrée au peintre Pierre Tal Coat,

_ la nouvelle librairie-boutique,

_ et l'espace Pause café.

A partir du 7 décembre 2016 (sauf les 25 décembre et 1er janvier) :

du mercredi au samedi, de 14h à 18h
et le dimanche, de 11h à 13h et de 14h à 18h.

 

Parc de sculptures :
33 sculptures à découvrir dans le parc tous les jours

 

Réouverture du château et des écuries :
à partir du 5 mars 2017 pour le lancement de l'exposition de printemps.
Entrée gratuite
Domaine de Kerguéhennec ,
Organisé par : domaine de kerguéhennec, propriété départementale du morbihan, Bignan
Site internet :  http://www.kerguehennec.fr
Gratuit

Hiver 2016-2017 : les horairesdu 7 décembre 2016 au 4 mars 2017 (fermeture les 25 décembre et 1er janvier)Réouverture de l'orangerie qui accueille :_ l'exposition consacrée au peintre Pierre Tal Coat,_ la nouvelle librairie-boutique,_ et l'espace Pause café.A partir du 7 décembre 2016 (sauf les 25 décembre et 1er janvier) :du mercredi au samedi, de 14h à 18het le dimanche, de 11h à 13h et de 14h à 18h. Parc de sculptures :33 sculptures à découvrir dans le parc tous les jours Réouverture du château et des écuries :à partir du 5 mars 2017 pour le lancement de l'exposition de printemps.Entrée gratuite

Domaine de Kerguéhennec , Organisé par : domaine de kerguéhennec, propriété départementale du morbihan, Bignan Site internet :  http://www.kerguehennec.fr Gratuit

20 février 2017

Mouvement continu temps suspendu à Vannes

Du 3 décembre 2016 au 19 mars 2017 Une sélection d’oeuvres, issue de la collection du Frac Bretagne, autour de la question du mouvement exprimé ou suggéré, investit le passage central de la Cohue. La nef du musée est subtilement métamorphosée par la présence de sculptures et la diffusion d’oeuvres vidéo, sonores ou silencieuses. Les oeuvres en trois dimensions, à travers leur rapport au sol ou au mur, engagent la perception et le déplacement du visiteur. Cercle d’acier posé sur des pierres sciées ou dessins dans l’espace, ce sont les relations de plein et de vide, de légèreté et de pesanteur, d’appui et d’instabilité, d’équilibre et de fragilité qui sont ici mises en jeu. Les vidéos et installations vidéographiques, outre les interactions lumineuses qu’elles instillent dans le parcours, évoquent des notions similaires : gestes répétés, gestes en suspens, observation poétique de la nature, approche humoristique du quotidien. Cheminant d’une oeuvre à l’autre, ce qu’induit le terme de « passage », le visiteur est invité à quitter momentanément ses certitudes et voyager, sans autres repères que les oeuvres, dans l’espace et dans le temps. PATRICE CARRÉ Né en 1957 à Angers (France)
Vit et travaille à Marseille (France)
Les premiers travaux de Patrice Carré, à la fin des années quatre-vingt, reposent essentiellement sur l’expérimentation photographique, utilisant sa capacité à déjouer l’échelle ou ses limitations à rendre le mouvement. Ensuite, les oeuvres s’articulent autour d’un outil, une machine à bois, qui l’amène à effectuer certains travaux d’ébénisterie (boîtes à musique, automates, sculptures animées et motorisées). Patrice Carré conçoit son travail comme des allers-retours entre culture savante et populaire, usant d’objets, d’images, de récits pour en déplacer les fonctions. Accessoire riche du point de vue de ses usages et de sa mythologie, élément de confort, de décor, le Tapis instantané associe ainsi ces différents registres. Issu d’une fabrication artisanale, le tapis de Patrice Carré, suspendu en hauteur, mime un improbable mouvement par l’ondulation figée de sa surface et les néons en forme de queue de comète. Il mêle des références à un imaginaire féerique et une réflexion sur la place de la sculpture dans l’espace. JEAN CLAREBOUDT Lyon (France), 1944 - 1997, Istanbul (Turquie)
Jean Clareboudt a étudié la sculpture à l’École des Beaux-Arts de Paris. Cependant, sa pratique emprunte à de multiples domaines : peinture, dessin, écriture, photographie, performance, dont les dénominateurs communs semblent être le lieu, le corps et le geste, profondément liés au voyage. L’artiste, nomade, parcourt les territoires et les sites, attentif aux forces élémentaires ou aux simples traces qui les caractérisent. Notes, collages, prélèvements, relevés, croquis sont la matière première qui génère le vocabulaire de ses sculptures aux formes simples, voire archétypales. La série des Kà/Bà est développée au milieu des années soixante-dix, période de transition durant laquelle Jean Clareboudt expérimente le passage de la peinture à la sculpture. De grandes toiles peintes, associées à des matériaux bruts, bois, corde, métal, se déploient dans une relation de tension entre mur et sol. La sculpture Élévation I est composée d’un anneau de tôle d’acier - fait de quatre parties soudées – posé sur quatre blocs de pierre brute tronçonnés. Le titre suggère un mouvement ascensionnel, une notion de légèreté que contredit le poids des matériaux. Ceux-ci s’opposent à leur tour, naturel ou industriel. L’énergie de la sculpture naît de la rencontre de deux espaces, l’un presque rituel, issu des mythes anciens et l’autre purement plastique. Jean Clareboudt, Passage Kà-Bà / Sol III, 1976, et Passage Kà-Bà Corde, 1975 sont deux oeuvres de la collection CNAP/FNAC en dépôt au Frac Bretagne. EDITH DEKYNDT Née en 1960 à Ypres (Belgique)
Vit et travaille à Tournai (Belgique) et à Berlin (Allemagne)
Edith Dekyndt utilise essentiellement la vidéo pour mettre en lumière des phénomènes physiques quotidiens d’une telle fugacité qu’ils échappent la plupart du temps au regard - variations et vibrations lumineuses, électricité statique, forme et mouvement de l’eau, onde de chaleur… Elle élabore une alchimie subtile qui semble combiner expérience de laboratoire et approche intuitive du monde. Provisory Object 01, objet provisoire, voire instable montre l’évolution d’une membrane d’eau savonneuse prise entre les doigts de l’artiste, de sa formation à son éclatement. Le film se concentre sur le mouvement, l’irisation et l’évolution des couleurs animées par un léger souffle. Ce micro événement éphémère et changeant, aux frontières du visible, propose une expérience sensible qui excède largement l’espace intime dans lequel il est circonscrit. HARRELL FLETCHER Né en 1967 à Santa Maria (États-Unis)
Vit et travaille à Portland (États-Unis)
Harrell Fletcher ne cesse de se déplacer d’un état ou d’un pays à l’autre, faisant de son carnet où il note quantité de projets, son véritable atelier. Dessins, vidéos ou photographies sont les formes que l’artiste met au service d’un travail marqué par un fort intérêt pour les pratiques sociales, le dialogue entre individu et collectivité. Ses projets sont ainsi souvent fondés sur la rencontre avec des personnes et des lieux ordinaires (enfants, adultes handicapés, personnes âgées, employés de bureaux ou visiteurs de musées). Il conçoit son activité artistique comme un moyen d’aider les êtres à mieux se porter, conscient d’avoir une responsabilité envers la société. La vidéo Hello There Friend allie l’ouverture répétée d’une main à la découverte d’un objet du quotidien ramassé dans la rue. L’artiste ne propose pas seulement le portrait des habitants d’un quartier, il interroge également la relation fugace qui relie l’être à l’objet, dans le temps comme dans l’espace, sans se départir d’une certaine poésie. BERNADETTE GENÉE Née en 1949 à Laval (France)
Vit et travaille à Concarneau (France)
Alors qu’elle termine, à la fin des années soixante-dix, son diplôme à l’Ecole des Beaux-Arts de Quimper, Bernadette Genée développe des environnements équivoques, composés d’objets et de panoplies réelles ou fantasmées interrogeant l’identité et la représentation du corps féminin. Au début des années quatre-vingt, son travail prend une orientation plus sculpturale, en lien étroit avec son espace quotidien, le port de Concarneau. Conçues en série, les sculptures de cette période procèdent de formes, matériaux et savoir-faire issus du monde maritime - chantiers navals, pêcheries, industries portuaires. « Mon travail de sculpture puise son énergie dans les contacts avec l’industrie navale. Par fragments, ils évoquent un univers singulier sans le reconstituer ». Ces volumes constituent une famille de formes assez homogènes, suggérant une possible fonction qui reste néanmoins incertaine. ETIENNE PRESSAGER Né en 1958 à Épinal (France)
Vit et travaille à Malzéville (France)
Depuis les années quatre-vingt, Etienne Pressager s’intéresse aux relations qu’entretiennent les images et les mots. Son approche du langage fait appel à des procédés ludiques souvent hérités de l’enfance. b-a-ba décline en une suite de propositions les 26 lettres de l’alphabet dont la forme est empruntée au jeu de scrabble. L’artiste dispose les jetons selon toutes sortes de configurations, tentant vainement d’obtenir une forme géométrique parfaite. Les combinaisons se succèdent d’une logique parfois incertaine : suppression de lettres, modification de leur position, reprise inlassable d’une ligne pour constituer une figure. Le hasard aussi fait surgir un mot, un sigle - DIOS, DIOR, STOP - dont la lecture paraît incongrue tant les lettres ont perdu leur utilité première. Le ressort humoristique de cette vidéo silencieuse repose sur l’absurdité de l’entreprise non dénuée de poésie. ALAIN RIVIÈRE Né en 1958 à Paris
Vit et travaille à Taulignan (France)
Alain Rivière développe une oeuvre protéiforme marquée par l’humour et l’économie de moyens. Féeries aquatiques donne à tout un chacun l’illusion de se croire chez soi comme à Versailles. La vidéo est composée d’une succession de scènes, tels des tableaux, où un évier, submergé de pièces de vaisselle, devient le théâtre de figures aquatiques, rappelant étonnamment les jets d’eau qui ornent les jardins à la française. L’artiste élabore un univers luxueux à partir d’objets quotidiens. Une musique baroque et un jeu de lumières colorées viennent amplifier la féerie. Dans un constant aller-retour entre banalité et sublime, Alain Rivière prolonge ses interrogations sur des images qui font appel à l’insolite, voire au merveilleux avec une juste distance ironique. SARKIS Né en 1938 à Istanbul (Turquie)
Vit et travaille à Paris
Depuis 1960, l’oeuvre de Sarkis ressemble à un enchevêtrement culturel. Au cours de ses voyages à travers le monde, il réalise des dessins, se procure des images, ramasse et choisit des bribes de la réalité comme pour constituer son musée idéal. Cette collecte est ensuite mise en scène dans des installations qui varient en fonction du lieu d’exposition. Son oeuvre comporte également un volet important : la réalisation de films. D’après Caspar David Friedrich est une série constituée de huit vidéos dans lesquelles l’artiste réalise des aquarelles dans l’eau d’après les tableaux du peintre romantique allemand. La caméra cadre le livre où sont reproduites les oeuvres ainsi que le mouvement du pinceau diluant la couleur dans un bol. À chaque peinture de Friedrich correspondent les teintes employées par Sarkis, justifiant pleinement le titre D’après Caspar David Friedrich. L’oeuvre questionne ainsi la temporalité et le moment éphémère du processus de création à travers la peinture et l’image en mouvement. JEAN-MARC SÉGALEN Né en 1963 à Brest (France)
Vit et travaille à Brest (France)
Après un diplôme en psychomotricité, Jean-Marc Ségalen poursuit sa formation aux Beaux-Arts. Il pose les bases d’une recherche plastique essentiellement centrée sur l’architecture, l’espace et la lumière. Ses propositions s’attachent à expérimenter les phénomènes de perception et de compréhension de l’image. Arum # 1 se présente sous la forme d’une triple projection vidéo, en boucle et sans bande son, jouant de l’immobilité ou des mouvements de l’arum et de la caméra. Le cadrage, centré sur la corolle de la fleur, élimine toute référence à son origine végétale et produit un sentiment diffus d’irréalité. Ce dispositif provoque une instabilité de la vision, accentuée par la forte opposition entre la blancheur lumineuse de l’arum et le fond sur lequel il se détache. L’oeil, cherchant le point de vue qui lui permettrait de capter l’image, est soumis à un jeu paradoxal de proximité et d’éloignement, oscillant entre réalité et imaginaire. CAREL VISSER 1928, Papendrecht (Pays-Bas) - 2015, Fousseret (France)
Quasiment autodidacte en matière de sculpture, ses études l’ayant conduit vers l’architecture puis le dessin, Carel Visser a gardé de son enfance, dans l’entreprise de construction paternelle, le goût de l’expérimentation ludique de matières premières. Parallèlement à ses années de formation, il poursuit un travail de sculpture, stimulé en cela par ses contacts avec l’architecte Gerrit Rietveld. Au début des années cinquante, il découvre les oeuvres de Brancusi, Giacometti et Gonzalez dont il retient, de l’un, l’importance des figures élémentaires et des autres une certaine économie du matériau. Appui est exemplaire de ces travaux où l’artiste expérimente les propriétés physiques d’un matériau soumis à des manipulations simples. Quatre plaques de tôles sont pliées en deux et posées les unes contre les autres au sol. Chaque élément, à l’origine identique, du simple fait de sa position dans l’espace, de la souplesse et du poids du matériau, engendre une forme différente. Le titre définit la relation qui structure l’oeuvre dans son organisation interne et son rapport au sol.

Du 3 décembre 2016 au 19 mars 2017

Une sélection d’oeuvres, issue de la collection du Frac Bretagne, autour de la question du mouvement exprimé ou suggéré, investit le passage central de la Cohue. La nef du musée est subtilement métamorphosée par la présence de sculptures et la diffusion d’oeuvres vidéo, sonores ou silencieuses. Les oeuvres en trois dimensions, à travers leur rapport au sol ou au mur, engagent la perception et le déplacement du visiteur. Cercle d’acier posé sur des pierres sciées ou dessins dans l’espace, ce sont les relations de plein et de vide, de légèreté et de pesanteur, d’appui et d’instabilité, d’équilibre et de fragilité qui sont ici mises en jeu. Les vidéos et installations vidéographiques, outre les interactions lumineuses qu’elles instillent dans le parcours, évoquent des notions similaires : gestes répétés, gestes en suspens, observation poétique de la nature, approche humoristique du quotidien. Cheminant d’une oeuvre à l’autre, ce qu’induit le terme de « passage », le visiteur est invité à quitter momentanément ses certitudes et voyager, sans autres repères que les oeuvres, dans l’espace et dans le temps.

PATRICE CARRÉ

Né en 1957 à Angers (France) Vit et travaille à Marseille (France)Les premiers travaux de Patrice Carré, à la fin des années quatre-vingt, reposent essentiellement sur l’expérimentation photographique, utilisant sa capacité à déjouer l’échelle ou ses limitations à rendre le mouvement. Ensuite, les oeuvres s’articulent autour d’un outil, une machine à bois, qui l’amène à effectuer certains travaux d’ébénisterie (boîtes à musique, automates, sculptures animées et motorisées). Patrice Carré conçoit son travail comme des allers-retours entre culture savante et populaire, usant d’objets, d’images, de récits pour en déplacer les fonctions. Accessoire riche du point de vue de ses usages et de sa mythologie, élément de confort, de décor, le Tapis instantané associe ainsi ces différents registres. Issu d’une fabrication artisanale, le tapis de Patrice Carré, suspendu en hauteur, mime un improbable mouvement par l’ondulation figée de sa surface et les néons en forme de queue de comète. Il mêle des références à un imaginaire féerique et une réflexion sur la place de la sculpture dans l’espace.

JEAN CLAREBOUDT

Lyon (France), 1944 - 1997, Istanbul (Turquie)Jean Clareboudt a étudié la sculpture à l’École des Beaux-Arts de Paris. Cependant, sa pratique emprunte à de multiples domaines : peinture, dessin, écriture, photographie, performance, dont les dénominateurs communs semblent être le lieu, le corps et le geste, profondément liés au voyage. L’artiste, nomade, parcourt les territoires et les sites, attentif aux forces élémentaires ou aux simples traces qui les caractérisent. Notes, collages, prélèvements, relevés, croquis sont la matière première qui génère le vocabulaire de ses sculptures aux formes simples, voire archétypales. La série des Kà/Bà est développée au milieu des années soixante-dix, période de transition durant laquelle Jean Clareboudt expérimente le passage de la peinture à la sculpture. De grandes toiles peintes, associées à des matériaux bruts, bois, corde, métal, se déploient dans une relation de tension entre mur et sol. La sculpture Élévation I est composée d’un anneau de tôle d’acier - fait de quatre parties soudées – posé sur quatre blocs de pierre brute tronçonnés. Le titre suggère un mouvement ascensionnel, une notion de légèreté que contredit le poids des matériaux. Ceux-ci s’opposent à leur tour, naturel ou industriel. L’énergie de la sculpture naît de la rencontre de deux espaces, l’un presque rituel, issu des mythes anciens et l’autre purement plastique. Jean Clareboudt, Passage Kà-Bà / Sol III, 1976, et Passage Kà-Bà Corde, 1975 sont deux oeuvres de la collection CNAP/FNAC en dépôt au Frac Bretagne.

EDITH DEKYNDT

Née en 1960 à Ypres (Belgique) Vit et travaille à Tournai (Belgique) et à Berlin (Allemagne)Edith Dekyndt utilise essentiellement la vidéo pour mettre en lumière des phénomènes physiques quotidiens d’une telle fugacité qu’ils échappent la plupart du temps au regard - variations et vibrations lumineuses, électricité statique, forme et mouvement de l’eau, onde de chaleur… Elle élabore une alchimie subtile qui semble combiner expérience de laboratoire et approche intuitive du monde. Provisory Object 01, objet provisoire, voire instable montre l’évolution d’une membrane d’eau savonneuse prise entre les doigts de l’artiste, de sa formation à son éclatement. Le film se concentre sur le mouvement, l’irisation et l’évolution des couleurs animées par un léger souffle. Ce micro événement éphémère et changeant, aux frontières du visible, propose une expérience sensible qui excède largement l’espace intime dans lequel il est circonscrit.

HARRELL FLETCHER

Né en 1967 à Santa Maria (États-Unis) Vit et travaille à Portland (États-Unis)Harrell Fletcher ne cesse de se déplacer d’un état ou d’un pays à l’autre, faisant de son carnet où il note quantité de projets, son véritable atelier. Dessins, vidéos ou photographies sont les formes que l’artiste met au service d’un travail marqué par un fort intérêt pour les pratiques sociales, le dialogue entre individu et collectivité. Ses projets sont ainsi souvent fondés sur la rencontre avec des personnes et des lieux ordinaires (enfants, adultes handicapés, personnes âgées, employés de bureaux ou visiteurs de musées). Il conçoit son activité artistique comme un moyen d’aider les êtres à mieux se porter, conscient d’avoir une responsabilité envers la société. La vidéo Hello There Friend allie l’ouverture répétée d’une main à la découverte d’un objet du quotidien ramassé dans la rue. L’artiste ne propose pas seulement le portrait des habitants d’un quartier, il interroge également la relation fugace qui relie l’être à l’objet, dans le temps comme dans l’espace, sans se départir d’une certaine poésie.

BERNADETTE GENÉE

Née en 1949 à Laval (France) Vit et travaille à Concarneau (France)Alors qu’elle termine, à la fin des années soixante-dix, son diplôme à l’Ecole des Beaux-Arts de Quimper, Bernadette Genée développe des environnements équivoques, composés d’objets et de panoplies réelles ou fantasmées interrogeant l’identité et la représentation du corps féminin. Au début des années quatre-vingt, son travail prend une orientation plus sculpturale, en lien étroit avec son espace quotidien, le port de Concarneau. Conçues en série, les sculptures de cette période procèdent de formes, matériaux et savoir-faire issus du monde maritime - chantiers navals, pêcheries, industries portuaires. « Mon travail de sculpture puise son énergie dans les contacts avec l’industrie navale. Par fragments, ils évoquent un univers singulier sans le reconstituer ». Ces volumes constituent une famille de formes assez homogènes, suggérant une possible fonction qui reste néanmoins incertaine.

ETIENNE PRESSAGER

Né en 1958 à Épinal (France) Vit et travaille à Malzéville (France)Depuis les années quatre-vingt, Etienne Pressager s’intéresse aux relations qu’entretiennent les images et les mots. Son approche du langage fait appel à des procédés ludiques souvent hérités de l’enfance. b-a-ba décline en une suite de propositions les 26 lettres de l’alphabet dont la forme est empruntée au jeu de scrabble. L’artiste dispose les jetons selon toutes sortes de configurations, tentant vainement d’obtenir une forme géométrique parfaite. Les combinaisons se succèdent d’une logique parfois incertaine : suppression de lettres, modification de leur position, reprise inlassable d’une ligne pour constituer une figure. Le hasard aussi fait surgir un mot, un sigle - DIOS, DIOR, STOP - dont la lecture paraît incongrue tant les lettres ont perdu leur utilité première. Le ressort humoristique de cette vidéo silencieuse repose sur l’absurdité de l’entreprise non dénuée de poésie.

ALAIN RIVIÈRE

Né en 1958 à Paris Vit et travaille à Taulignan (France) Alain Rivière développe une oeuvre protéiforme marquée par l’humour et l’économie de moyens. Féeries aquatiques donne à tout un chacun l’illusion de se croire chez soi comme à Versailles. La vidéo est composée d’une succession de scènes, tels des tableaux, où un évier, submergé de pièces de vaisselle, devient le théâtre de figures aquatiques, rappelant étonnamment les jets d’eau qui ornent les jardins à la française. L’artiste élabore un univers luxueux à partir d’objets quotidiens. Une musique baroque et un jeu de lumières colorées viennent amplifier la féerie. Dans un constant aller-retour entre banalité et sublime, Alain Rivière prolonge ses interrogations sur des images qui font appel à l’insolite, voire au merveilleux avec une juste distance ironique.

SARKIS

Né en 1938 à Istanbul (Turquie) Vit et travaille à ParisDepuis 1960, l’oeuvre de Sarkis ressemble à un enchevêtrement culturel. Au cours de ses voyages à travers le monde, il réalise des dessins, se procure des images, ramasse et choisit des bribes de la réalité comme pour constituer son musée idéal. Cette collecte est ensuite mise en scène dans des installations qui varient en fonction du lieu d’exposition. Son oeuvre comporte également un volet important : la réalisation de films. D’après Caspar David Friedrich est une série constituée de huit vidéos dans lesquelles l’artiste réalise des aquarelles dans l’eau d’après les tableaux du peintre romantique allemand. La caméra cadre le livre où sont reproduites les oeuvres ainsi que le mouvement du pinceau diluant la couleur dans un bol. À chaque peinture de Friedrich correspondent les teintes employées par Sarkis, justifiant pleinement le titre D’après Caspar David Friedrich. L’oeuvre questionne ainsi la temporalité et le moment éphémère du processus de création à travers la peinture et l’image en mouvement.

JEAN-MARC SÉGALEN

Né en 1963 à Brest (France) Vit et travaille à Brest (France)Après un diplôme en psychomotricité, Jean-Marc Ségalen poursuit sa formation aux Beaux-Arts. Il pose les bases d’une recherche plastique essentiellement centrée sur l’architecture, l’espace et la lumière. Ses propositions s’attachent à expérimenter les phénomènes de perception et de compréhension de l’image. Arum # 1 se présente sous la forme d’une triple projection vidéo, en boucle et sans bande son, jouant de l’immobilité ou des mouvements de l’arum et de la caméra. Le cadrage, centré sur la corolle de la fleur, élimine toute référence à son origine végétale et produit un sentiment diffus d’irréalité. Ce dispositif provoque une instabilité de la vision, accentuée par la forte opposition entre la blancheur lumineuse de l’arum et le fond sur lequel il se détache. L’oeil, cherchant le point de vue qui lui permettrait de capter l’image, est soumis à un jeu paradoxal de proximité et d’éloignement, oscillant entre réalité et imaginaire.

CAREL VISSER

1928, Papendrecht (Pays-Bas) - 2015, Fousseret (France)Quasiment autodidacte en matière de sculpture, ses études l’ayant conduit vers l’architecture puis le dessin, Carel Visser a gardé de son enfance, dans l’entreprise de construction paternelle, le goût de l’expérimentation ludique de matières premières. Parallèlement à ses années de formation, il poursuit un travail de sculpture, stimulé en cela par ses contacts avec l’architecte Gerrit Rietveld. Au début des années cinquante, il découvre les oeuvres de Brancusi, Giacometti et Gonzalez dont il retient, de l’un, l’importance des figures élémentaires et des autres une certaine économie du matériau. Appui est exemplaire de ces travaux où l’artiste expérimente les propriétés physiques d’un matériau soumis à des manipulations simples. Quatre plaques de tôles sont pliées en deux et posées les unes contre les autres au sol. Chaque élément, à l’origine identique, du simple fait de sa position dans l’espace, de la souplesse et du poids du matériau, engendre une forme différente. Le titre définit la relation qui structure l’oeuvre dans son organisation interne et son rapport au sol.

20 février 2017

Festival Beethoven avec l'Orchestre Symphonique de Bretagne : premier rendez-vous vendredi 13 janvier 2017 20h à l'Opéra à Rennes

En cette année Beethoven (250ème anniversaire de sa mort), l’Opéra de Rennes et l’Orchestre Symphonique
de Bretagne s’associent pour célébrer l’un des plus grands compositeurs de tous les temps,
Ludwig van Beethoven.
Nous programmons les multiples facettes de ce compositeur de génie qui a bouleversé le monde
de la musique. Classique dans sa jeunesse, révolutionnaire en tant que jeune homme et finalement
premier compositeur de l’ère romantique, la vie de Beethoven commence dans une Europe monarchique,
qui découvre la République et ses valeurs de Liberté, de Fraternité et d’Égalité et s’achève
dans un monde qui s’ouvre vers de nouveaux horizons.
Le festival Beethoven, de janvier à mars, s’attachera donc à faire découvrir au public, à Rennes
comme en région, différents aspects de la personnalité de ce génie, à travers cinq temps forts avec
des artistes de renom international, une oeuvre avec l’orchestre et un choeur de 60 chanteurs, trois
concerts symphoniques et une production de Fidelio, l’unique opéra de Beethoven, le tout sous les
baguettes des chefs d’orchestre Grant Llewellyn et Aurélien Azan Zielinski. Et en pour terminer en
beauté, un concert de musique de chambre avec Cédric Tiberghien et les musiciens de l’OSB. Un véritable
tour de force autour de ce compositeur mythique !
Le festival s’ouvrira dès le 13 janvier avec un premier concert dédié au chant dans l’oeuvre de
Beethoven ; ce sera l’occasion de découvrir certaines pages méconnues du compositeur. Puis, le 1er
février à Saint Malo, et les 2 et 3 février à Rennes, c’est la facette la plus rieuse du grand homme que
nous découvrirons sous les doigts du pianiste russe Alexander Ghindin. Ensuite, du 28 février au 5
mars, à Rennes et en région, l’OSB sera en tournée avec le trio Wanderer, l’une des formations de
chambre les plus demandées au monde, pour célébrer l’engagement révolutionnaire de Beethoven,
notamment avec sa Troisième Symphonie, l’Héroïque. Grant Llewellyn, directeur musical de l’OSB,
sera le trait d’union de ce festival puisqu’il dirigera également l’opéra Fidelio, du 15 au 21 mars, probablement
l’une des plus brillantes illustrations des idéaux révolutionnaires de Beethoven. Et, pour
finir, Cédric Tiberghien, artiste en résidence à l’OSB et les solistes de l’orchestre feront dialoguer
Beethoven et Mozart, l’un de ses maîtres, lors d’un concert de musique de chambre le 16 mars.
L’Orchestre Symphonique de Bretagne et l’Opéra de Rennes sont heureux de joindre leurs efforts
dans ce festival Beethoven, occasion de mesurer quel géant fut ce compositeur qui a fait basculer
notre musique occidentale dans une ère nouvelle. Beethoven, la voix et l’orchestre
Vendredi 13 janvier 2017 / 20h
Rennes / Opéra
Beethoven le joueur
Mercredi 1er février 2017 / 20h30
Saint Malo / Théâtre Bouvet
Jeudi 2 février 2017 / 20h
Vendredi 3 février 2017 / 20h
Beethoven le révolutionnaire
Mardi 28 février 2017 / 20h30
Saint Brieuc / La Passerelle
Mercredi 1er mars 2017 / 20h30
Lorient / Le Grand Théâtre
Jeudi 2 mars 2017 / 20h
Quimper / Théâtre de Cornouaille Vendredi 3 mars 2017 / 20h
Samedi 4 mars 2017 / 20h
Rennes / Opéra
Dimanche 5 mars 2017 / 17h
Pontivy / Palais des Congrès
Fidelio, Singspiel en deux actes
Mercredi 15 mars 2017/20h
Vendredi 17 mars 2017 / 20h
Dimanche 19 mars 2017 / 16h
Mardi 21 mars 2017 /20h
Rennes / Opéra
Beethoven le compagnon
Jeudi 16 mars 2017 / 20h
Rennes / Le Triangle
Vendredi 12 mai 2017 / 20h30
Pleudihen-sur-Rance / Eglise

En cette année Beethoven (250ème anniversaire de sa mort), l’Opéra de Rennes et l’Orchestre Symphoniquede Bretagne s’associent pour célébrer l’un des plus grands compositeurs de tous les temps,Ludwig van Beethoven.Nous programmons les multiples facettes de ce compositeur de génie qui a bouleversé le mondede la musique. Classique dans sa jeunesse, révolutionnaire en tant que jeune homme et finalementpremier compositeur de l’ère romantique, la vie de Beethoven commence dans une Europe monarchique,qui découvre la République et ses valeurs de Liberté, de Fraternité et d’Égalité et s’achèvedans un monde qui s’ouvre vers de nouveaux horizons.Le festival Beethoven, de janvier à mars, s’attachera donc à faire découvrir au public, à Rennescomme en région, différents aspects de la personnalité de ce génie, à travers cinq temps forts avecdes artistes de renom international, une oeuvre avec l’orchestre et un choeur de 60 chanteurs, troisconcerts symphoniques et une production de Fidelio, l’unique opéra de Beethoven, le tout sous lesbaguettes des chefs d’orchestre Grant Llewellyn et Aurélien Azan Zielinski. Et en pour terminer enbeauté, un concert de musique de chambre avec Cédric Tiberghien et les musiciens de l’OSB. Un véritabletour de force autour de ce compositeur mythique !Le festival s’ouvrira dès le 13 janvier avec un premier concert dédié au chant dans l’oeuvre deBeethoven ; ce sera l’occasion de découvrir certaines pages méconnues du compositeur. Puis, le 1erfévrier à Saint Malo, et les 2 et 3 février à Rennes, c’est la facette la plus rieuse du grand homme quenous découvrirons sous les doigts du pianiste russe Alexander Ghindin. Ensuite, du 28 février au 5mars, à Rennes et en région, l’OSB sera en tournée avec le trio Wanderer, l’une des formations dechambre les plus demandées au monde, pour célébrer l’engagement révolutionnaire de Beethoven,notamment avec sa Troisième Symphonie, l’Héroïque. Grant Llewellyn, directeur musical de l’OSB,sera le trait d’union de ce festival puisqu’il dirigera également l’opéra Fidelio, du 15 au 21 mars, probablementl’une des plus brillantes illustrations des idéaux révolutionnaires de Beethoven. Et, pourfinir, Cédric Tiberghien, artiste en résidence à l’OSB et les solistes de l’orchestre feront dialoguerBeethoven et Mozart, l’un de ses maîtres, lors d’un concert de musique de chambre le 16 mars.L’Orchestre Symphonique de Bretagne et l’Opéra de Rennes sont heureux de joindre leurs effortsdans ce festival Beethoven, occasion de mesurer quel géant fut ce compositeur qui a fait basculernotre musique occidentale dans une ère nouvelle. Beethoven, la voix et l’orchestreVendredi 13 janvier 2017 / 20hRennes / OpéraBeethoven le joueurMercredi 1er février 2017 / 20h30Saint Malo / Théâtre BouvetJeudi 2 février 2017 / 20hVendredi 3 février 2017 / 20hBeethoven le révolutionnaireMardi 28 février 2017 / 20h30Saint Brieuc / La PasserelleMercredi 1er mars 2017 / 20h30Lorient / Le Grand ThéâtreJeudi 2 mars 2017 / 20hQuimper / Théâtre de Cornouaille Vendredi 3 mars 2017 / 20hSamedi 4 mars 2017 / 20hRennes / OpéraDimanche 5 mars 2017 / 17hPontivy / Palais des CongrèsFidelio, Singspiel en deux actesMercredi 15 mars 2017/20hVendredi 17 mars 2017 / 20hDimanche 19 mars 2017 / 16hMardi 21 mars 2017 /20hRennes / OpéraBeethoven le compagnonJeudi 16 mars 2017 / 20hRennes / Le TriangleVendredi 12 mai 2017 / 20h30Pleudihen-sur-Rance / Eglise
05 janvier 2017

Le Cirque Bouglione à Rennes

Ce spectacle unique est rythmé au son des rires, des applaudissements et du souffle que l’on retient devant des numéros d’exception. A partager sans modération ! Imaginez le Grand Orchestre du Cirque d’Hiver qui joue les premières notes de l’air de La Piste aux étoiles, les danseuses qui vous entraînent dans une farandole avant même que vous ne preniez place sous le chapiteau… Retrouvez les acrobates, les trapézistes, les chevaux, les fauves et plus encore !

Horaires des séances:

- Jeudi 9 février 2017 à 19h30.
- Vendredi 10 février à 20h.
- Samedi 11 février à 14h30, 17h30 et 20h30.
- Dimanche 12 février à 10h30, 14h00 et 17h00.
- Mardi 14 février à 14h30 et 17h30.
- Mercredi 15 février à 14h30 et 17h30.
- Jeudi 16 février à 14h30 et 17h30.
- Vendredi 17 février à 14h30, 17h30 et 19h30.
- Samedi 18 février à 14h30, 17h30 et 20h30.
- Dimanche 19 février à 10h30, 14h00 et 17h00.
- Mardi 21 février à 14h30 et 17h30.
- Mercredi 22 février à 14h30 et 17h30.
- Jeudi 23 février à 14h30 et 17h30.
- Vendredi 24 février à 14h30 et 17h30.
- Samedi 25 février à 14h30, 17h30 et 20h30.
- Dimanche 26 février 10h30, 14h00 et 17h00. Infos et réservations sur Carrefour Spectacles

Ce spectacle unique est rythmé au son des rires, des applaudissements et du souffle que l’on retient devant des numéros d’exception. A partager sans modération ! Imaginez le Grand Orchestre du Cirque d’Hiver qui joue les premières notes de l’air de La Piste aux étoiles, les danseuses qui vous entraînent dans une farandole avant même que vous ne preniez place sous le chapiteau… Retrouvez les acrobates, les trapézistes, les chevaux, les fauves et plus encore ! Horaires des séances: - Jeudi 9 février 2017 à 19h30. - Vendredi 10 février à 20h. - Samedi 11 février à 14h30, 17h30 et 20h30. - Dimanche 12 février à 10h30, 14h00 et 17h00. - Mardi 14 février à 14h30 et 17h30. - Mercredi 15 février à 14h30 et 17h30. - Jeudi 16 février à 14h30 et 17h30. - Vendredi 17 février à 14h30, 17h30 et 19h30. - Samedi 18 février à 14h30, 17h30 et 20h30. - Dimanche 19 février à 10h30, 14h00 et 17h00. - Mardi 21 février à 14h30 et 17h30. - Mercredi 22 février à 14h30 et 17h30. - Jeudi 23 février à 14h30 et 17h30. - Vendredi 24 février à 14h30 et 17h30. - Samedi 25 février à 14h30, 17h30 et 20h30. - Dimanche 26 février 10h30, 14h00 et 17h00. Infos et réservations sur Carrefour Spectacles
07 février 2017

Une exceptionnelle découverte : des trésors de la fin du moyen-âge

Des chefs d'œuvre provenant de collections prestigieuses (Musée de Cluny, Musée Dobrée, Musée de Reims, bibliothèque de Rennes...) sont présentés.

Des chefs d'œuvre provenant de collections prestigieuses (Musée de Cluny, Musée Dobrée, Musée de Reims, bibliothèque de Rennes...) sont présentés.

31 janvier 2017

Babel Danse 2017 invite la Grèce

Babel Danse est le festival des pratiques culturelles et artistiques du monde, danses, langues & civilisations, musique, arts plastiques, littérature. Au programme en 2017, Babel Danse Autour de la Grèce à Saint-Brieuc et Quintin : Conférences thématiques et/ou dansées, solo de danse L'Emigrec par Taxiarchis Vasilakos, ateliers tous âges (danses, poterie, cuisine, poésie, lutte gréco-romaine, body-percussion, jeux linguistiques, chant)... et grand Bal Gréco-Celte de clôture ! Contact : MJC du Plateau Tél. 02 96 61 94 58 Babel Danse 2017

Babel Danse est le festival des pratiques culturelles et artistiques du monde, danses, langues & civilisations, musique, arts plastiques, littérature. Au programme en 2017, Babel Danse Autour de la Grèce à Saint-Brieuc et Quintin : Conférences thématiques et/ou dansées, solo de danse L'Emigrec par Taxiarchis Vasilakos, ateliers tous âges (danses, poterie, cuisine, poésie, lutte gréco-romaine, body-percussion, jeux linguistiques, chant)... et grand Bal Gréco-Celte de clôture ! Contact : MJC du Plateau Tél. 02 96 61 94 58

Babel Danse 2017

13 février 2017

Urbaines 2017 à Rennes

La 8ème édition est portée par un réseau de 7 partenaires : l’Antipode MJC, la Caravane MJC Servon-sur-Vilaine / Brécé, le Quai Léo Lagrange du Rheu, la MJC Grand Cordel, le Triangle, la MJC Bréquigny et la MJC Maison de suède. Des lieux de culture, ancrés dans les quartiers et les communes de Rennes Métropole, qui permettent aux jeunes de pratiquer et d’expérimenter de nombreuses disciplines, tout en étant accompagnés. Le festival Urbaines, qui se déroule du 16 février au 12 mars 2017, met en lumière des pratiques très variées. Au programme, 7 propositions de danse, des battles mais aussi des stages et des initiations, 10 soirées musicales, une douzaine d’expositions, des projections documentaires, etc. Redécouvrez les images de l'édition 2016
Urbaines

La 8ème édition est portée par un réseau de 7 partenaires : l’Antipode MJC, la Caravane MJC Servon-sur-Vilaine / Brécé, le Quai Léo Lagrange du Rheu, la MJC Grand Cordel, le Triangle, la MJC Bréquigny et la MJC Maison de suède. Des lieux de culture, ancrés dans les quartiers et les communes de Rennes Métropole, qui permettent aux jeunes de pratiquer et d’expérimenter de nombreuses disciplines, tout en étant accompagnés.

Le festival Urbaines, qui se déroule du 16 février au 12 mars 2017, met en lumière des pratiques très variées. Au programme, 7 propositions de danse, des battles mais aussi des stages et des initiations, 10 soirées musicales, une douzaine d’expositions, des projections documentaires, etc.

Redécouvrez les images de l'édition 2016

Urbaines

13 février 2017

Sevenadur 2017

Sevenadur, c'est la rencontre de la diversité des cultures de Bretagne et d'ailleurs pendant 14 jours. Le Cercle Celtique de Rennes va organiser pour la dix-septième fois les rencontres culturelles SEVENADUR (« culture » en breton). En proposant une programmation riche et variée, Sevenadur nous embarque à la découverte ou la redécouverte de la culture bretonne : fest-deiz, fest-noz, stages, balades, spectacles... et des cultures du monde : veillée d'Astour, bal trad'itinérant, journées culturelles pour les enfants... Tout cela grâce à la mobilisation de plus d’une vingtaine d’associations et de structures différentes : librairie, cafés, Musée de Bretagne, etc., pour accueillir 5 000 personnes dont plus de 1 000 le dernier dimanche.

Le Cercle Celtique clôture le festival le dimanche 5 mars où la Fête des cultures bretonnes bat son plein. On continue la fête, avec le métissage musical entre le Bagad Roazhon et les musiciens de l’association Mosaïque Bretagne Maroc, des défilés, des chants d’enfants, un forum des associations, un fest-deiz… Cette année, place aussi à la musique irlandaise qui nous fera vivre la Saint Patrick, un peu avant l’heure ! Venez à la rencontre de la diversité !  Venez goûter à cette diversité !
Sevenadur, c'est deux semaines de rencontres autour de la culture bretonne dans le pays rennais: expositions, ateliers de langue, de musique, de danse, conférences, stages, concerts, spectacles, balades, fest-deiz, fest-noz, jeux, broderie, etc. Sevenadur 2017

Sevenadur, c'est la rencontre de la diversité des cultures de Bretagne et d'ailleurs pendant 14 jours. Le Cercle Celtique de Rennes va organiser pour la dix-septième fois les rencontres culturelles SEVENADUR (« culture » en breton). En proposant une programmation riche et variée, Sevenadur nous embarque à la découverte ou la redécouverte de la culture bretonne : fest-deiz, fest-noz, stages, balades, spectacles... et des cultures du monde : veillée d'Astour, bal trad'itinérant, journées culturelles pour les enfants... Tout cela grâce à la mobilisation de plus d’une vingtaine d’associations et de structures différentes : librairie, cafés, Musée de Bretagne, etc., pour accueillir 5 000 personnes dont plus de 1 000 le dernier dimanche.Le Cercle Celtique clôture le festival le dimanche 5 mars où la Fête des cultures bretonnes bat son plein. On continue la fête, avec le métissage musical entre le Bagad Roazhon et les musiciens de l’association Mosaïque Bretagne Maroc, des défilés, des chants d’enfants, un forum des associations, un fest-deiz… Cette année, place aussi à la musique irlandaise qui nous fera vivre la Saint Patrick, un peu avant l’heure ! Venez à la rencontre de la diversité !  Venez goûter à cette diversité ! Sevenadur, c'est deux semaines de rencontres autour de la culture bretonne dans le pays rennais: expositions, ateliers de langue, de musique, de danse, conférences, stages, concerts, spectacles, balades, fest-deiz, fest-noz, jeux, broderie, etc.

Sevenadur 2017

15 février 2017

Festival autour d'Elle

Du 25 février au 12 mars, à l'occasion de la Journée de la femme, la ville de Ploumagoar s'associe avec Pabu, Plouisy, St-Agathon, Grâces et Guingamp pour vous proposer un maximum d'animations, mettant en valeur les spécificités culturelles de chaque ville.

Cette année, c'est la diversité culturelle qui est à l'honneur ! Au programme : expo, concerts, spectacles, films et bien d'autres animations, qui vous surprendront et vous feront voyager !

Lancement du festival le vendredi 24 février à 18h30 à la salle PloumExpo à Ploumagoar (derrière l'église).

Du 25 février au 12 mars - Ploumagoar : exposition d' Hourieh Stier à la salle PloumExpo

25 février à 15h - Guingamp : projection du film "No Land's Song" d'Ayat Najafi à la Médiathèque de Guingamp

1er mars à 15h30 - St-Agathon : Conte "Le fils du roi d'Irlande" avec Caroline Sire à la médiathèque (à partir de 10 ans)

3 mars à 20h30 - Plouisy : Concert de siiAn à la salle Lann Vihan

4 mars à 20h30 - Grâces : Spectacle de danse par les écoles de Guingamp Communauté

9 mars à 20h30 - Guingamp : Projection du film "Noces" au cinéma Les Korrigans (anciennement Les Baladins) - tarif spécial festival : 3€

10 mars à 20h30 - Pabu : Spectacle "La vie devant soi" par la compagnie Les Chiennes Nationales - Les Thérèses (à partir de 10 ans)

11 mars à 20h30 - St-Agathon : Concert avec Click Here (Dj Click live band) à La Grande Ourse, Saint Agathon

Sans oublier les multiples activités proposées, avec notamment GYM Forme Ploumagoar, Jumelage Ploumadouro, Clap Ploumagoar, Sidonie & compagnie...
Ainsi que des offres commerciales spécialement pour l'événement, par Creperie DU ROY, Esthetic-center Ploumagoar, Delices Etcie et bien d'autres Autour d'Elle le programme

Du 25 février au 12 mars, à l'occasion de la Journée de la femme, la ville de Ploumagoar s'associe avec Pabu, Plouisy, St-Agathon, Grâces et Guingamp pour vous proposer un maximum d'animations, mettant en valeur les spécificités culturelles de chaque ville.Cette année, c'est la diversité culturelle qui est à l'honneur ! Au programme : expo, concerts, spectacles, films et bien d'autres animations, qui vous surprendront et vous feront voyager !Lancement du festival le vendredi 24 février à 18h30 à la salle PloumExpo à Ploumagoar (derrière l'église).Du 25 février au 12 mars - Ploumagoar : exposition d' Hourieh Stier à la salle PloumExpo25 février à 15h - Guingamp : projection du film "No Land's Song" d'Ayat Najafi à la Médiathèque de Guingamp1er mars à 15h30 - St-Agathon : Conte "Le fils du roi d'Irlande" avec Caroline Sire à la médiathèque (à partir de 10 ans)3 mars à 20h30 - Plouisy : Concert de siiAn à la salle Lann Vihan4 mars à 20h30 - Grâces : Spectacle de danse par les écoles de Guingamp Communauté9 mars à 20h30 - Guingamp : Projection du film "Noces" au cinéma Les Korrigans (anciennement Les Baladins) - tarif spécial festival : 3€10 mars à 20h30 - Pabu : Spectacle "La vie devant soi" par la compagnie Les Chiennes Nationales - Les Thérèses (à partir de 10 ans)11 mars à 20h30 - St-Agathon : Concert avec Click Here (Dj Click live band) à La Grande Ourse, Saint AgathonSans oublier les multiples activités proposées, avec notamment GYM Forme Ploumagoar, Jumelage Ploumadouro, Clap Ploumagoar, Sidonie & compagnie...Ainsi que des offres commerciales spécialement pour l'événement, par Creperie DU ROY, Esthetic-center Ploumagoar, Delices Etcie et bien d'autres

Autour d'Elle le programme

20 février 2017